Mon voyage au coeur du peuple Wendat – PARTIE I

« Tant que notre Mère la Terre donnera la vie, les Hurons-Wendats continueront à fouler la terre d’Amérique qui les a vus naître et grandir »

MARIO GROS-LOUIS

Bonjour à tous,

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé la culture des Premières Nations. Cette histoire a commencé en 1995 avec le Walt-Disney Pocahontas alors que je n’avais que 7 ans. Par la suite, j’ai passé des heures à regarder la série télévisé Docteur Quinn, femme médecin et lors de mon deuxième voyage aux États-Unis en 2009, j’ai eu la chance de pouvoir visiter le National Museum of American Indian à Washington, DC.

En arrivant au Canada, j’ai pu réaliser un de mes rêves d’enfant en me rapprochant de cette culture qui m’a toujours beaucoup fascinée. J’ai visité le village typique des Wendats qui a été créé en 1989 par Mario Gros-Louis. Ce site traditionnel se trouve à Wendake près de la ville de Québec ou le peuple Wendat c’était installé en 1697. Ce village reconstitué porte le nom de ONHOÜA CHETEK8E, qui veut dire « D’hier à aujourd’hui ».

J’ai eu la chance de pouvoir visiter le site avec pour guide, Simon Pérusse. Ce dernier est un livre ouvert sur la culture Wendat et m’a énormément appris en l’espace de 45 minutes. Je vais donc vous faire un très petit résumé de cette visite en espérant vous donner envie d’aller à la rencontre de cette culture surprenante et enrichissante.

Pour commencer, Simon m’a expliqué que le nom de Hurron avait été donné aux Wendats par les européens à cause de leur chevelure qui ressemblait à une hure de sanglier (non merci). Vous remarquerez donc que j’écrirais toujours Wendat et non Hurron dans mon article par respect pour ce peuple et les explications qui m’ont été fournies par mon guide. Cependant, le site s’appelle tout de même Hurron-Wendat par soucis financier puisque le peuple des Wendats est principalement connu sous le nom de Hurron et que l’économie de cette communauté repose en grande partie sur le tourisme.

La visite commence par quelques mots de bienvenue en Wendat et la présentation de votre guide habillé en tenue traditionnelle.

LA MAISON LONGUE – YÄNONHCHIA’

Les Wendats étaient une communauté semi-sédentaire qui cultivait la terre. La maison longue était une habitation semi-pérmanente qui s’adaptait très bien à leur mode de vie et à la rudesse du climat de Québec. Les maisons mesuraient environ sept mètres de largeur, sept à huit mètres de hauteur et leur longueur pouvait aller de dix à soixante-dix mètres en fonction de la taille du clan. Les Wendats changeaient d’emplacement lorsque la terre n’était tout simplement plus fertile.

Les maisons étaient fabriquées avec de l’écorce de thuya, des billots de bois et de la babiche. Les matelas étaient fait d’enveloppe de maïs tressés et les lits recouverts de branches de sapin pour les isoler du froid et les protéger de l’humidité. Il y avait également des peaux d’animaux pour se garder bien au chaud et des emplacements sous les lits pour le bois de chauffage.

De plus, des feux centraux brulaient sans arrêts au milieu de la maison longue.

Simon m’a également appris que le peuple Wendat n’a jamais vécu dans des tepees. Ces derniers étaient utilisés par les peuples nomades des Grandes Plaines de l’Ouest qui pouvaient plus facilement les démonter et les transporter.

LA NOURRITURE

L’agriculture et la cueillette représentaient environ 80% de l’alimentation des Wendats. L’été était consacré à la cueillette des fruits, l’automne aux récoltes des semences, l’automne et le début de l’hiver à la chasse et le printemps à la pêche.

Pour conserver leur nourriture, les Wendats utilisaient plusieurs méthodes :

  1. Le fumoir : la viande et les poissons étaient fumés dans une structure recouverte d’écorce pendant plusieurs jours et pouvaient ainsi être conserver plusieurs mois;
  2. Le séchoir : la viande et les poissons séchaient aux soleil quelques jours et étaient ensuite écrasés pour en faire des flocons déshydratés appelés « Pémikant ». Pour les consommer il suffisait de les replonger dans de l’eau mélangés avec de la graisse animale.
  3. La maison longue : Le maïs était séché dans le plafond et transformé en farine à l’aide de pilon.

La nourriture était ensuite entreposée en hauteur dans la maison longue.

D’ailleurs, vous trouverez sur le site un excellent restaurant qui s’appelle le NEK8ARRE. C’est l’opportunité de pouvoir gouter une cuisine à base de viande de gibier et de poisson (les menus varient selon les saisons). J’ai eu l’occasion d’y manger une soupe de graines de tournesol, du pain de maïs et des saucisses de bison à l’érable accompagnées de riz et de légumes. Je me suis régalée et bien réchauffée après une visite du site par -15 degrés.

J’ai découvert tellement de choses lors de cette incroyable visite.

Saviez-vous que les Wendats étaient une société matrilinéaire et que les femmes avaient une place d’honneur dans leur histoire? Une mère de clan était désignée parmi les femmes âgées qui avaient acquis un grand savoir. Cette dernière distribuait la nourriture, répartissait les tâches domestiques entre les membres du clan et organisait les festins lors des unions. De plus, ce sont également les mères de clan qui désignaient les chefs politiques de la nation après consultation des membres de leurs propres familles.

Simon m’a également appris l’étymologie du mot « Canada ». Il vient du mot « Kanata » qui signifie « village » en Kanien’kehá:ka (langue parlée par les Mohawks qui sont une des six nations de la confédération iroquoise).

Honnêtement, cet article n’est qu’un tout petit aperçu de ce que vous découvrirez en vous rendant sur le site traditionnel Huron-Wendat. Lors de votre visite, votre guide vous parlera également des purifications du corps et de l’esprit, des chamans, des masques (à ne pas prendre en photo), de l’attrape-rêve, de la roue de la médecine, de la colonisation, du commerce, des moyens de transport, des traditions, de l’organisation économique et sociale..

Encore un grand MERCI à Simon pour sa gentillesse à mon égard et d’avoir pris le temps de répondre à mes innombrables questions.

Je vous dis à très bientôt pour la partie II de cet article ou je vous parlerai des autres activités proposées par les Wendats à Québec.

Hélène

« Sometimes the right path is not the easiest one »

GRANDMOTHER WILLOW

6 commentaires

  1. Bel article sur les premières nations au Québec.
    Moi, j’aime «la légende de l’aigle» des amérindiens.
    Si tu ne la connais pas, il faudra attendre la publication de mon deuxième livre! (référence de mon premier livre: «Songe d’une vie douce, mes leçons de vie entre Montréal et Paris).
    Entretemps, va voir mon blog sur le lifestyle avec mon regard franco-québécois. axelle🌼

    J'aime

    1. Merci. Je suis super contente que cet article est du succès parce que c’est vraiment un sujet qui me passionne 😍 Je trouve ça tellement important de connaître l’histoire d’un pays.. pour comprendre l’environnement dans lequel on évolue.. Bref, j’ai hâte d’en apprendre d’avantage et de le partager avec vous dans la deuxième partie de cet article 🥰

      J'aime

Répondre à axelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s